Les MOOC en question

Après avoir fait le bilan sur ce que m’a apporté le MOOC Gestion de projet suivit en septembre et octobre 2013, voici quelques petites réflexions sur les MOOC en général.

Ils sont de plus en plus connus

Les MOOC ont été un sujet à la mode cette rentrée. Cela a permis de les faire découvrir au plus grand nombre. C’est positif puisque comme cela, en voyant un certificat de MOOC dans mon CV, les recruteurs sauront ce dont il s’agit.

On en a beaucoup entendu parler, notamment par l’intermédiaire des journaux télévisés. J’ai regardé quelques reportages sur les MOOC et plus particulièrement le MOOC Gestion de projet. C’était des présentations condensées du sujet (format oblige) qui les présentent comme des vidéos et des exercices sur internet avec quand même quelques mots sur les échanges entre les étudiants qui sont, selon moi une des forces de ce type de formation.

Une nouvelle façon de penser les cours

Par contre, il est souvent dit que les MOOC pourraient remplacer les cours que l’on connaît aujourd’hui et que l’on pourrait se chaises-classeformer totalement sans aller à la fac. Après avoir vécu un MOOC, je trouve que c’est un peu utopique. C’est sûr, les MOOC peuvent faire évoluer la vision que l’on a actuellement de l’enseignement et faire bouger les choses. Mais ils ne remplaceront jamais les professeurs en chair et en os accompagnant les élèves. Que les profs se rassurent, je ne pense pas que les MOOC vont les faire disparaître.

Les interactions qui peuvent se construire entre le prof et les élèves et entre les élèves eux-mêmes sont importantes et se construisent mieux lors des cours en présentiel, où le prof et ses étudiants sont réunis dans la même salle sans écran interposé. C’est plus facile de construire une relation avec les autres étudiants quand on les connaît et le prof peut mieux prendre en compte des questions ou des situations de travail particulières quand il voit ses étudiants.

Les forums et communautés, ainsi que le tutorat peuvent enrichir les MOOC et recréer un peu cette ambiance, mais je pense qu’ils ne peuvent pas remplacer totalement l’ambiance d’une classe. Sans compter que le fait de devoir se rendre physiquement dans une salle de classe pour suivre les cours est plus impliquant que seulement s’assoir devant son ordinateur.

Une façon d’enseigner est mise (ou remise?) en avant avec les MOOC : c’est le concept de la classe inversée. Les étudiants travaillent sur le cours en ligne chez eux avant d’aller en cours et en classe, avec leur professeur, ils revoient les points qui posent problème, font des exercices, mettent le cours en pratique. Les connaissances sont présentées chez soit et l’on fait ses devoirs en classe. L’article publié par Slate (un parmi d’autres sur le sujet) présente assez bien cette façon de faire et ses conséquences.

Je trouve la classe inversée assez intéressante. Les expérimentations de classe inversée semblent donner d’assez bons résultats. En tout cas, elle permet surtout de palier à la principale difficulté des MOOC, l’isolement de l’étudiant et le manque de motivation à suivre le cours qui peut en résulter.

Et puis soyons réalistes, à moi que cela soit rendu obligatoire par un enseignant, je ne vois pas la majorité des étudiants se charger d’un MOOC en plus de leurs cours. Ils sont déjà dans une dynamique de formation et n’ont pas forcément envie de s’en rajouter.

Les MOOC seraient plutôt un complément des cours traditionnels, soient pour compléter un cours accompagné par un enseignant, soit en plus, pour élargir un cursus.ampoule-back-to-school

Les MOOC et la formation continue

Les MOOC ont un gros potentiel pour la formation continue.

Ils sont très intéressants pour ceux qui sont sortis du système éducatif et qui veulent quand même continuer à apprendre, soit par contrainte professionnelle ou juste pour découvrir de nouvelles choses.

Du fait que l’on puisse s’organiser comme on veut pour suivre les cours et qu’ils soient accessibles partout, il est facile de suivre un MOOC en parallèle d’une activité professionnelle du moment que l’on peut se dégager assez de temps.

Sachant que les formations professionnelles sont assez chères et que les MOOC sont gratuits ils peuvent être de forts concurrents du moment que les cours proposés s’adaptent aux besoins des professionnels.

Sans compter que si on a besoin des connaissances du MOOC pour progresser dans son parcours professionnel ou pour trouver du travail, c’est une motivation supplémentaire qui aide à aller jusqu’au bout.

Reste à approfondir la question de la reconnaissance des connaissances et compétences acquises lors des MOOC.

Des MOOC pour le plaisir d’apprendre et de se former

ordi-bibliothequeLes MOOC peuvent aussi être suivis juste pour le plaisir d’apprendre sur une thématique qui nous intéresse.

Avec internet, on a accès à de nombreuses ressources gratuites pour s’autoformer et disponibles partout, comme c’est le cas avec les MOOC.

Mais les MOOC donnent un cadre. Il y a des dates de début et de fin imposée, un parcours de progression qui nous guide, une communauté avec laquelle on peut discuter.

Les MOOC demandent une aussi grande motivation que l’autoformation, car personne ne viendra nous chercher si on abandonne. Mais du fait de cette délimitation, c’est plus facile d’y rester une fois que l’on y est rentré.

J’avais découvert les cours de gestion de projet de Rémi Bachelet en accès libre sur son site longtemps avant le MOOC et je m’étais dit que je prendrais un moment pour les regarder, lire les documents et me former. Mais finalement, je n’ai jamais pris le temps de le faire, alors qu’avec le MOOC, j’ai réussi à me motiver pour dégager le temps suffisant pour apprendre. Ce qui m’a le plus guidé, ce sont les limites de temps.

Et le fait d’avoir des réponses aux questions que l’on se pose, via ses pairs ou via le prof est aussi un gros plus par rapport à l’autoformation.

J’ai beaucoup apprécié la liberté que l’on a en suivant un MOOC. La liberté de prendre ce que l’on veut, ce dont on a besoin. La liberté de s’arrêter pour une raison ou une autre (si on a plus le temps, si au final le cours ne nous intéresse pas). Le fait aussi de pouvoir choisir sur quoi on va apprendre, avec la possibilité de mélanger des matières aussi différentes comme l’histoire et l’informatique.

Bien sûr, cette liberté à aussi des revers : grande hétérogénéité du parcours, abandon facile, mais quand on est intéressé, on peut passer à côté de cela.

Le problème du modèle économique

piecesLe fait que ces cours soient gratuits est aussi un grand plus pour moi. Je n’ai pas les moyens de me payer des formations professionnelles et je ne peux pas non plus rester indéfiniment à la fac, juste pour le plaisir d’apprendre. Alors que là, je peux décider de suivre un MOOC de temps en temps sur une thématique dont j’ai besoin ou qui m’intéresse. Les seuls investissements à fournir sont une connexion internet et du temps.

Mais par contre, produire un MOOC n’est pas gratuit. Cela demande souvent de nombreuses heures pour préparer les cours et les enregistrer. Il y a aussi les coûts d’infrastructure pour héberger la plateforme. Eventuellement des coûts en personnel si des encadrants sont rémunérés pour animer le cours… Matthieu Cisel a publié sur son blog un billet détaillé sur combien coûte la production d’un MOOC.

Pour le moment, les MOOC sont produits par de grandes structures comme des écoles ou universités qui supportent les coûts ou par des équipes de bénévoles (ou un peu des deux). Dans certains cas, on fait aussi payer les certificats, examens ou badges de compétences.

Est-ce que cela va pouvoir continuer comme cela ? Le modèle économique des MOOC n’est pas encore trouvé. J’espère qu’ils parviendront à rester gratuits.

Je conclurais en disant que pour moi les MOOC sont très intéressants pour les possibilités qu’ils ouvrent et pour les questionnements qu’ils suscitent.

2 réflexions sur “Les MOOC en question

  1. Pingback: Les MOOC en question | D&IM (Document &...

  2. Pingback: Les MOOC en question | Infodoc en ligne | Le MO...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s